Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand l'opposition perd la mémoire...

16 Novembre 2019 , Rédigé par David Hecq Publié dans #Actualités, #Documents, #Bilan

Soucieux de l’expression démocratique de chacun, je n’ai pas pour habitude de commenter les attaques de mes opposants néanmoins le conseil municipal du 18 septembre dernier a une fois encore été le théâtre d’un débat qui n’est pas digne de la population anzinoise.

Fidèle à son habitude : « l’opposition a dit mais elle a menti ».

Pire encore : elle fait preuve d’une mémoire sélective quand on lui rappelle qu’elle se montre solidaire des actions menées par Alfred Ribau et Maurice Sevin.

Un petit rappel des faits s’impose pour que le citoyen s’y retrouve dans ce salmigondis bien indigeste. Depuis décembre 2016, mes opposants ne cessent de perturber la vie communale par d’incessantes attaques à mon encontre. Comme vous avez pu le constater, ils distribuent dans vos boîtes des tracts politiques tantôt anonymes, tantôt signés par eux-mêmes ou par leurs partisans.

Finalement on ne sait plus très bien qui fait quoi. Est-ce Dominique Legrain le leader de l’opposition ou Maurice Sevin ?

En avril 2017, Messieurs Legrain, Demez, mesdames Parez et El Hamine déposent une plainte au procureur d’Arras. Ils dénoncent des faits spectaculaires : « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, etc. » S’ils avaient pu le faire, je pense qu’ils auraient porté plainte pour crime contre l’humanité…



Comme l’écrivait Beaumarchais : « calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. » La population n’est pas dupe et a compris depuis bien longtemps que faute de propositions intéressantes, l’opposition se livre a une stratégie de dénigrement à l’égard du maire.

Le parquet du tribunal ne s’y est pas trompé non plus et a classé l’affaire en août dernier. Alors que les choses soient claires : un classement ne signifie pas l’abandon de la procédure. Bien au contraire, si mes opposants voulaient se porter partie civile, ils avaient tout le loisir de le faire. Et pourtant ils ne l’ont pas fait…

Plutôt que de prendre leur courage à deux mains et de plaider devant le juge, ils ont préféré se contenter de leur simple dénonciation initiale au parquet…

Personnellement si j’étais persuadé du bien fondé de ma dénonciation et que je voudrais véritablement défendre les intérêts des Anzinois, j’irais au bout de ma démarche. Eux non, ils ont préféré diffuser des tracts dans vos boîtes aux lettres.

Un peu penauds de se retrouver ainsi le bec dans l’eau, ils ont trouvé en la personne de Maurice Sevin, l’occasion d’alimenter de nouveau le débat… Nous avons ainsi eu droit à la diffusion de tracts, avec cerise sur le gâteau la publication d’une fiche de paye d’une employée communale !

Franchement quel crédit apporter à des personnes qui souhaitent accéder aux responsabilités communales et qui ne respectent même pas la vie privée des gens !

A l’heure où la protection des données personnelles est un sujet sensible, il faut savoir que ces individus ne reculent devant aucun dommage collatéral pour tenter de m’atteindre. Vous pouvez le vérifier par vous-même dans le compte-rendu du conseil municipal, mes cinq opposants ont tous voté d’un seul homme pour soutenir l’action menée par Maurice Sevin. Ils vous jureront sur leurs grands dieux qu'ils n'y sont pour rien et que c'est tout juste s'ils connaissent cet homme mais les faits sont têtus et seuls les faits ont raison.

Mais là où cela devient pathétique c’est quand l’opposition déclare qu’ils n’ont rien à voir avec messieurs Ribau et Sevin.

Les avez-vous vu dénoncer la diffusion des données personnelles d’une employée communale ? Non ! Puisqu'ils en sont la source !

Se sont-ils abstenus de la démarche de monsieur Sevin qui souhaite se substituer à la commune pour se porter partie civile ? Non ! Ils cautionnent la démarche de Maurice Sevin et l’applaudissent des deux mains, trop content de ranimer un dossier vieux de trois ans à quelques mois des élections municipales.

Mais quand il s’agit de dire que ces individus ne font pas partie des opposants au maire, ils sont en première ligne. Courage fuyons et faisons semblant de rien ! Malheureusement ils ont été pris en flagrant délit de mensonge en pleine séance.

Dans le compte-rendu du conseil municipal, suite à mon intervention que je vous invite à lire et qui remet les choses dans leur contexte, Messieurs Legrain et Demey affirment tous les deux que monsieur Ribau ne fait pas partie de l’opposition…

Étrangement, ils ont eu une subite perte de mémoire ! Sans doute que cette personne devient trop encombrante à leurs yeux. Je me permets donc de leur rafraichir la mémoire avec les deux tracts qu’ils ont distribué dans les boîtes de la commune et qu’ils ont co-signé avec monsieur Ribau…

Les Anzinoises et les Anzinois pourront ainsi juger par eux-mêmes : « ils ont dit et ils ont menti… »

Tract n°1 

Tract n°2

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :